vendredi 19 juillet 2019 à 20h30

Festival MozARIA /un Trio sans pareil

Vendredi 19 juillet, 20h45, dans l'église du Mas d'Azil, l'association Pro Musica et « les Amis de l'église St Etienne » proposent un concert exceptionnel. Création de Pro Musica, le festival MozARIA ne peut que promouvoir, à côté d'artistes confirmés, des jeunes talents remarquables, pour ne pas dire stupéfiants, comme les jeunes filles du Trio Alcyon - une trompette et deux cors - ( moyenne d'âge 16 ans et demi) qui se consacrent largement à la musique depuis leur plus tendre enfance.

Emilie Caumeil a tenu son premier cornet à piston à cinq ans et s'est formée avec le trompettiste Eric Planté, soliste à l'orchestre de la Garde Républicaine. Membre du Jeune Orchestre Symphonique du Conservatoire de Limonest durant dix ans, Emilie vient, à 17 ans, d'achever brillamment sa première année de Musicologie à l'Université Lyon-Lumière. Elle s'est également tournée vers le jazz, se produit dans des clubs lyonnais et multiplie les expériences artistiques.

Solène Gimbaud a un véritable coup de foudre à 6 ans pour le cor qu'elle commencé à étudier avec Olivier Barry au Conservatoire de Limoges. Comme Emilie, elle se destine à une carrière professionnelle, une voie royale s'ouvrant devant elle en raison des concours prestigieux qu'elle a remportés ce printemps: admise à l'Académie du Concertgebouw d'Amsterdam, elle participera à plusieurs concerts au sein de ce grand orchestre des Pays-Bas. Elle a aussi été reçue au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon (il y avait 2 places : elle a obtenu la première).

Egalement précoce, Hélène Telliez débute le cor à 6 ans au Conservatoire d'Aulnay sous Bois dans la classe de Daniel Catalanotti puis d'Annouck Eudeline où elle poursuit sa formation. Elle se tourne vers l'analyse musicale et l'écriture, et joue régulièrement avec l'Harmonie du Conservatoire d'Aulnay ainsi qu'avec l'Orchestre Symphonique de la RATP. Elle a également participé en juin à la création de l'œuvre « Zerballodu » avec l'Orchestre National d'Île de France.

Cette formation inédite, née d'une passion commune et d'une amitié, n'a pas de répertoire propre ; c'est donc un programme de transcriptions originales, hautes en couleurs, dues à Emilie que le trio Alcyon interprète, où Purcell côtoie Bach, Mozart, Beethoven, Poulenc … et qui réserve de plaisantes surprises, car la jeunesse est le temps privilégié des audaces et de la joie.

Lien : https://ariege.demosphere.net/rv/11882
Source : message reçu le 28 juin 17h

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir