mardi 25 juin 2013 à 18h

Atenco (Mexique): rencontre avec Nacho del Valle

Le 25 juin au FOND DE LA COSTE (Sous Roquefixade, entre Celles et Nalzen sur la route de Perpignan) :
18 heures Projection-débat,
et à 20H30 Auberge espagnole, bar et musique avec BIBILIK.

Atenco : une lutte victorieuse contre un projet d'aéroport international

Dans le cadre de leur tournée en Europe, Nacho del Valle et Cayo Vicente seront en Ariège les 24 et 25 juin pour nous parler de leur lutte combative contre un projet d'aéroport international à Mexico et des résistances qu'ils ont menées, depuis plus de 10 ans, au sein du Front Communal en Défense de la Terre.

Après leur grande victoire de 2002, suite à l'abandon du projet d'aéroport par le gouvernement, celui-ci s'est vengé 4 ans plus tard, en mai 2006, par une très violente répression qui se solda par un mort, plus de deux cent arrestations et des dizaines de femmes et d'hommes violés dans les bus qui les emmenaient en prison.

Nacho del Valle, figure historique de ce mouvement, a été condamné à 112 de réclusion et incarcéré dans une prison de très haute sécurité à côté de Mexico, avant d'être finalement libéré en 2012, grâce à la forte mobilisation nationale et internationale.

Aujourd'hui le projet d'aéroport est réactivé, les habitants de la commune d'Atenco sont de nouveau sur le pied de guerre...

Nacho del Valle et Cayo Vicente pourront revenir sur l'histoire de cette lutte, leur vision de la défense du territoire et de l'autonomie politique, leurs liens avec Notre Dame des Landes et les résistances qui se préparent...

Source du texte qui suit : catalogue promedios france sur le site internet du Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte.

¡TIERRAS SI, AVIONES NO ! SUIVI DE LA RÉVOLTE DES MACHETTES
30 min. et 30 min. / Gringoyo Productions / Mexique, 2002.

Octobre 2001 : dans le cadre d'un projet économique mégalomane (le Plan Puebla Panama) le tout nouveau gouvernement mexicain annonce la création d'un aéroport qui desservira tout le centre du pays, sur les terres de communales de San Salvador Atenco. Les paysans d'Atenco, comprenant que cet aéroport signifie non seulement l'expropriation de leurs terres mais aussi leur disparition comme communauté vont s'opposer à cette entreprise. Confrontés au pouvoir de l'État et de la finance, ils vont passer du désespoir à la résistance puis à l'autonomie avant de gagner cette lutte non sans en payer le prix du sang. Ceci est la chronique de leur combat.

Lien : https://ariege.demosphere.net/rv/3490
Source : message reçu le 13 juin 17h

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir